Les dix commandements (6) : Tu ne commettras pas de meurtre

Alors Dieu prononça toutes ces paroles :

2– Je suis l’Eternel ton Dieu qui t’ai fait sortir d’Egypte, du pays où tu étais esclave. 12 Tu ne commettras pas de meurtre

Le danger avec la loi, c’est on la lisant on devient légaliste. Le danger si on ne la lit pas, c’est le laxisme. Le remède pour les 2 dangers, c’est la grâce, plus libératrice que le laxisme, plus exigeante que la loi.

Aujourd’hui nous venons au 6e commandement. La 2e série de commandements concerne notre amour pour notre prochain. D’abord en nous invitant à honorer nos parents, nos prochains les plus proches. Et puis en interdisant ce qu’on peut faire de pire à un autre - le tuer.

La loi de Dieu interdit à une personne individuelle à tuer un autre. Il est question ici du caractère sacré de la vie. Je cite des principes éthiques de notre association :

  • Respect de la vie La vie humaine est un don de Dieu. Son commencement comme sa fin appartiennent au Créateur. Nous croyons que la vie commence dès la conception. Nous considérons ainsi l’avortement comme un acte grave et illégitime, tout en étant conscients de la détresse réelle qui conduit certaines personnes à y recourir. Le refus de l’avortement doit s’accompagner d’une démarche de compassion et d’assistance envers les personnes qui souffrent en raison d’une grossesse non désirée. Parce que la fin de vie appartient elle aussi au Créateur, nous rejetons l’euthanasie ou toute forme active de suicide assisté. Au lieu de telles pratiques, nous souhaitons que les chrétiens se mobilisent pour l’accompagnement digne des personnes en fin de vie.

De nos jours nous sommes contraints d’ajouter que

  • ‘cette dignité concerne tous les êtres humains, quels que soient leur âge, leur sexe, leur origine ethnique, raciale ou culturelle, ou leurs capacités physiques et intellectuelles. Cette conscience de la dignité humaine doit se concrétiser, pour le chrétien, par le plein respect de toutes les personnes humaines, dans un regard qui reconnaît en chacun l’œuvre créatrice et bonne de Dieu.’

Dans Matthieu 5 Jésus relie le meurtre au fait d’être en colère avec quelqu’un. Les mêmes motivations sous-tendent la colère et le meurtre. Quand est-ce qu’on se met en colère ? Avec qui ? Pourquoi ? Ce sont des cancers pour notre âme.

Ce ne serait pas surprenant si nous passions la journée devant nous sans tuer quelqu’un. Et c’est bien ! Mais passer la journée sans sentir en nous ce sentiment de colère lorsque nous avons l’impression que les choses ne se passent pas comme nous voudrions…

Et finalement, la loi qui interdit le meurtre est une autre façon de nous inciter à promouvoir la vie de l’autre, de protéger la vie de l’autre, de créer pour l’autre dans la mesure de nos capacités et de nos responsabilités un environnement où il peut s’épanouir.

Et si ne pas tuer quelqu’un avait son accomplissement dans le fait de mourir à soi-même, de donner sa vie pour l’autre - autrement dit d’agir comme Jésus Christ a agi envers nous ?

©2020. Crée avec Wix.com