Rechercher

Les dix commandements (4) : le repos

Alors Dieu prononça toutes ces paroles…

« Pense à observer le jour du sabbat et fais-en un jour consacré à l’Eternel. Tu travailleras six jours pour faire tout ce que tu as à faire. Mais le septième jour est le jour du repos consacré à l’Eternel, ton Dieu  ; tu ne feras aucun travail ce jour-là, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui réside chez toi  ; car en six jours, l’Eternel a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve, mais le septième jour, il s’est reposé. C’est pourquoi l’Eternel a béni le jour du sabbat et en a fait un jour qui lui est consacré. »


Exode 20,8-11 Qu'est-ce qui t'empêche de te reposer, de connaître la paix ? Est-ce que c'est le sentiment de n'avoir jamais fait assez, que tout dépend de toi, la culpabilité, les fardeaux de la vie ? Et à quoi cela te ressemble-t-il de te reposer ? La télé ? Une ballade ? Et si le repos était quelque chose dont Dieu nous donne de nous délecter non seulement périodiquement, mais tout le temps, même au milieu du stress ? Toute la vie du peuple d'Israël était organisée autour du Sabbat. Le 7e jour, la 7e année, la 49e année : tous étaient des temps de sabbats, de « repos consacré à l'Eternel », des temps où on libérait les esclaves et on résiliait les dettes. Mais pourquoi ? Pour deux raisons. Ici dans l'Exode la raison que donne Moïse pour le Sabbat, c'est pour se réjouir de la création et de la provision de Dieu : « car en six jours, l'Eternel a fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve, mais le septième jour il s'est reposé. » Tout comme Dieu s'est reposé le septième jour pour se réjouir de sa création, les Israélites devaient s'arrêter le septième jour pour reconnaître que tout ce qu'ils ont ne dépend pas d'eux et de leur travail, mais de Dieu. C'était une façon d'exprimer leur confiance et leur joie dans la provision de Dieu. Mais dans le Deutéronome, Moïse donne une deuxième raison : « Tu te souviendras que tu as été esclave en Egypte et que l’Eternel ton Dieu t’a tiré de là en intervenant avec puissance  ; c’est pourquoi l’Eternel ton Dieu t’a demandé d’observer le jour du sabbat. » Ils devaient fêter ce septième jour (et la 7e année et la 49e année) pour se rappeler que leur liberté ne dépendait pas d'eux, mais du Dieu qui les avait libérés de l'esclavage par pure grâce. Les chrétiens ont des points de vue divergents sur la façon dont on observe le Sabbat aujourd'hui. Mais tous sont d'accord sur ce point : Dieu a instauré le Sabbat de l'AT principalement pour nous pointer vers Christ, notre vrai repos. Car voici ce que Jésus nous dit : « Venez à moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d’un lourd fardeau, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour vos âmes. » Matthieu 11,28-29 Christ est notre vrai repos. Et il nous invite à un repos en lui qui ne se vit pas qu'un jour sur sept, mais tout le temps, même au milieu du stress. Aujourd'hui, plus besoin de nous prouver à Dieu, aux autres ou à nous-mêmes, car Christ nous a déjà justifiés devant Dieu par sa mort à la croix. Plus besoin de nous tuer en travaillant 24/7 comme si tout dépendait de nous, car tout dépend de lui - et il est doux et humble de coœur. Plus besoin de porter cette culpabilité qui nous tracasse depuis si longtemps, car Christ a déjà tout payé. Que Dieu nous donne de nous reposer en Christ tout au long de cette journée. Et d'être des personnes qui aident d'autres à trouver le vrai repos en lui - là où il nous a placés.lors Dieu prononça toutes ces paroles :– Je suis l’Eternel ton Dieu qui t’ai fait sortir d’Egypte, du pays où tu étais esclave. [...]


Tu ne te feras pas d’idole ni de représentation quelconque de ce qui se trouve en haut dans le ciel, ici-bas sur la terre, ou dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras pas devant de telles idoles et tu ne leur rendras pas de culte, car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu qui ne tolère aucun rival : je punis les fils pour la faute de leur père, jusqu’à la troisième, voire la quatrième génération de ceux qui me haïssent. Mais j’agis avec amour jusqu’à la millième génération envers ceux qui m’aiment et qui obéissent à mes commandements.Exode 20,1-2, 4-6 L’idée d’une idole nous semble peut-être bizarre aujourd’hui. Dans notre contexte français, nous n’avons pas des petites statuettes auxquelles nous faisons des sacrifices. L’idée d’une idole est d’essayer de domestiquer une puissance spirituelle. Ensuite, nous la manipulons par le sacrifice, en espérant recevoir en retour ce que nous désirons. En formant des idoles dans nos cœurs, nous dé-déifions Dieu, nous lui retirons sa gloire, et nous le donnons à quelque chose d’autre. Nous sacrifions sur l’autel de nos idoles pour obtenir ces choses. Nous préparons soigneusement les offrandes avec des filtres, des #tags, et de l’esthétisme, que nous sacrifions sur l’autel d’Insta, pour nourrir nos followers dans le but de recevoir l’adulation, les likes qui nous donnent la valeur ! Nous offrons nos familles, nos enfants en sacrifice, sur l’autel de la carrière, parce que nous nous sommes convaincus que si nous donnons tout, alors, nous recevrons le salaire qui nous donnera le confort et la sécurité, ou bien la reconnaissance dans notre milieu. Nous donnons tout, pour que nos enfants réussissent à l’école, qu’ils soient les meilleurs sportifs et musiciens, qu’ils se comportent bien à l’Église ou dans la rue, parce que c’est une marque d’être un bon parent – c’est la réussite recherchée par tous !Nous donnons notre vie, nous faisons des sacrifices sur l’autel de ces dieux, en espérant qu’ils nous donneront ce que nous demandons, mais au final, ils nous en demandent toujours plus sans jamais vraiment nous satisfaire ! Ils nous déçoivent toujours ! L’échec d’un de nos enfants nous plonge dans le désarroi, la crise économique met notre carrière à risque et nous rempli d’anxiété. Une erreur de jeunesse, un commentaire hors contexte re-publié sur Twitter, et toute notre réputation est détruite ! Et en poursuivant toutes ces idoles destructrices, nous nous détournons de notre seul vrai Dieu. L’impact n’est pas simplement personnel, mais la tempête de notre péché affecte les prochaines générations qui apprennent aussi à sacrifier sur les autels de leurs idoles et se détourner de Dieu, causant des ravages dans les vies. L’Éternel nous appelle à nous détourner de nos idoles, à revenir par la foi et la repentance à Lui. Il est le seul vrai Dieu, il ne peut pas être domestiqué et manipulé. Mais Dieu nous a déjà libéré de l’esclavage du péché et des idoles de nos cœurs quand nous avons mis notre confiance dans la mort et la résurrection de Jésus ! Et Dieu veut notre bien. Il agira avec amour envers nous ! Son amour fidèle dure de générations en générations jusqu’à l’éternité. Il ne nous décevra jamais. Nous ne pouvons apporter aucun sacrifice pour le mériter, mais Dieu lui-même s’est entièrement donné pour que nous puissions être sauvés ! Offrons à lui alors toutes notre reconnaissance et donnons nos vies entièrement à lui, non pour obtenir, mais parce que nous avons déjà reçu de sa part toutes bénédictions en Jésus-Christ ! Au lieu de fabriquer des idoles que nous adorons, Paul nous encourage : Je vous recommande donc, frères et sœurs, à cause de cette immense bonté de Dieu, à lui offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint et qui plaise à Dieu. Ce sera là de votre part un culte raisonnable. Romains 12:1


0 vue0 commentaire
L'église protestante baptiste dU
val d'europe

2 Rue de la Prairie

77700 Bailly-Romainvilliers