Cantiques pour la route vers la demeure de l’Eternel (1)

Mis à jour : juin 4


Psaume 120

Cantique pour la route vers la demeure de l’Eternel.

1 Dans ma détresse, | j’ai fait appel | à l’Eternel,

et il m’a répondu.

2 O Eternel, | délivre-moi | des lèvres fausses,

des langues mensongères !

3 Que te donnera l’Eternel ?

Comment récompensera-t-il | ta langue mensongère ?

4 Il t’enverra | une volée de flèches | bien aiguisées

sur la braise de genêts.

5 Malheur à moi ! | Car je vis à Méshek, en étranger,

ou parmi les nomades de Qédar.

6 Bien trop longtemps | j’ai habité

parmi des gens | qui détestent la paix.

7 Je veux la paix, | mais quand j’en parle,

eux, ils sont pour la guerre.


Aujourd’hui nous commençons une mini-série dans les psaumes des degrés, ou les cantiques pour la route vers la demeure de l’Eternel, comme nous lisons plus haut.


Il y a 3 contextes possibles pour cela.


D’abord, le contexte de l’exil. Nous l’avons vu dans ce message, suite au péché des rois et du peuple, l’exil arrive comme un jugement. Le peuple est loin du pays, du temple, les promesses semblent ne plus tenir. Ces cantiques seraient alors les soupirs du peuple loin du pays qui aspire qu’à une chose - retourner chez eux, proche de Dieu et de sa bénédiction.


Ensuite, le contexte des gens partout en Israël, qui, le moment des grandes fêtes, devaient tous se rendre à Jérusalem. On peut imaginer Jésus avec sa famille chanter ses psaumes en se rendant à Jérusalem quand il avait 12 ans.


Et enfin, les habitants de Jérusalem, qui, en allant au temple, lèvent les yeux pour voir au sommet de la colline, surplombant Jérusalem et la région autour, le temple; symbole de la présence et des promesses de Dieu.


Dans les 3 cas, il s’agit d’un pèlerinage vers le temple à Jérusalem. Dans les 3 cas, nous voyons tout de suite les parallèles entre notre vie de chrétien et la vie des fidèles d’antan.


Dans ce premier psaume, le contexte est clairement le premier : verset 5 "je vis à Méshek, en étranger, parmi les nomades de Qédar. "


Qu’est-ce que cela lui fait d’être en exil ?

  1. Il est en détresse (v1)

  2. Il souffre notamment car les principes de Dieu ne sont pas respectés (v2, v6)

  3. Il sait qu’un jour Dieu rétablira la justice (v4)

  4. Il veut la paix (v7)

Et pour nous ?


Nous sommes en Christ, donc nous sommes arrivés déjà au bon port. Mais nous vivons toujours. entre le “déjà” et le “pas encore.” Ne sommes-nous pas en détresse en voyant les principes de Dieu transgressés, par nous-mêmes autant que par les autres ? N’avons-nous pas envie de voir la paix de Dieu venir sur la terre ? Un jour ! Mais pas encore.


Nous sommes en route vers la demeure de l’éternel, mais nous n’y sommes pas encore arrivés…

©2020. Crée avec Wix.com