• Philip Moore

Le roi serviteur

Dernière mise à jour : avr. 4



Marc 10,35-45


Les deux fils de Zébédée, Jacques et Jean, s’approchèrent de Jésus et lui dirent : Maître, nous désirons que tu fasses pour nous ce que nous te demanderons. Il leur dit : Que désirez-vous que je fasse pour vous ? Donne-nous, lui dirent-ils, d’être assis l’un à ta droite et l’autre à ta gauche dans ta gloire. Jésus leur dit : Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, ou être baptisés du baptême dont je vais être baptisé ? Ils lui dirent : Nous le pouvons. Et Jésus leur répondit : Il est vrai que vous boirez la coupe que je vais boire, et que vous serez baptisés du baptême dont je vais être baptisé ; mais pour ce qui est d’être assis à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi de le donner, sinon à ceux pour qui cela est préparé. Les dix, qui avaient entendu, commencèrent à s’indigner contre Jacques et Jean. Jésus les appela et leur dit : Vous savez que ceux qu’on regarde comme les chefs des nations les tyrannisent, et que les grands abusent de leur pouvoir sur elles. Il n’en est pas de même parmi vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, sera votre serviteur ; et quiconque veut être le premier parmi vous, sera l’esclave de tous. Car le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup.



Nous avons dans ce texte un contraste absolu.


Nous avons la volonté humaine d’être reconnu, d’être le premier, d’avoir de l’influence et du pouvoir. C’est la première moitié de notre texte.


Jésus vient d’enseigner sur sa mort. Mais Jacques et Jean ne semblent pas avoir écouté attentivement. Ils sont toujours en train de penser à un Messie triomphant et victorieux. Et ils pensent bien profiter de cette gloire et de cette victoire pour avoir les meilleures places. Ils veulent se servir du Messie pour leurs fins personnelles. Finalement il s’agit d’un projet personnel. Ils sont même prêts à certains sacrifices personnels - ils boiront la coupe, ils passeront par ce baptême.


Les dix, remarquons-le, sont indignés. Pas autant parce qu’ils ont une attitude différente de Jacques et Jean, mais plutôt parce qu’ils n’ont pas été suffisamment rapides dans leur demande...


Mais ils ont tous été séduit par le pouvoir selon ce monde. Tyrannie et abus de pouvoir n’ont rien à faire dans le christianisme.


Jésus va enseigner sur le pouvoir, et puis dans les jours qui suivent, il va le mettre en pratique de manière radicale.


Il résume la grandeur dans le royaume de Jésus en trois mots : serviteur, esclave, mort. Regardons-le ensemble.


Jésus parle de lui-même comme le Fils de l’homme - ce grand personnage dans Daniel 7 qui reçoit toute l'autorité et tout le pouvoir de l’Eternel :


Je regardais pendant mes visions nocturnes,

Et voici que sur les nuées du ciel

Arriva comme un fils d’homme ;

Il s’avança vers l’Ancien des jours,

Et on le fit approcher de lui.

On lui donna la domination, l’honneur et la royauté ;

Et tous les peuples, les nations et les hommes de toutes langues le servirent.

Sa domination est une domination éternelle

Qui ne passera pas,

Et sa royauté ne sera jamais détruite.


C’est ce Jésus-là qui vient servir, être l’esclave de tous, et donner sa vie en rançon de beaucoup.


C’est étonnant, c’est sublime.


Il est notre rançon. Il paie notre dette. Il se donne entièrement. Il le fait pour nous sauver, et il le fait pour être notre exemple.


Pendant le reste de la semaine sainte, nous allons le regarder qui met ces principes en pratique, jusqu'au dernier détail, jusqu’à la dernière goutte de sang.



2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout