• Joël Rémir

La Croix

Mis à jour : avr. 4


Marc 15. 21-35


21 Ils obligèrent un passant qui revenait des champs, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus, à porter la croix de Jésus. 22 Et ils amenèrent Jésus au lieu appelé Golgotha (ce qui signifie « le lieu du crâne »). 23 Ils lui donnèrent du vin additionné de myrrhe, mais il n’en prit pas. 24 Ils le clouèrent sur la croix. Puis ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort ce qui reviendrait à chacun.25 Il était environ neuf heures du matin quand ils le crucifièrent.26 L’écriteau sur lequel était inscrit le motif de sa condamnation portait ces mots : « Le roi des Juifs ».27 Avec Jésus, ils crucifièrent deux brigands, l’un à sa droite, l’autre à sa gauche.29 Ceux qui passaient par là lui lançaient des insultes en secouant la tête, et criaient : Hé ! toi qui démolis le Temple et qui le reconstruis en trois jours, 30 sauve-toi toi-même : descends de la croix !31 De même aussi, les chefs des prêtres se moquaient de lui avec les spécialistes de la Loi ; ils se disaient entre eux : Dire qu’il a sauvé les autres, et qu’il est incapable de se sauver lui-même ! 32 Lui ! Le Messie ! Le roi d’Israël ! Qu’il descende donc de la croix ; alors nous verrons, et nous croirons !Ceux qui étaient crucifiés avec lui l’insultaient aussi. 33 A midi, le pays tout entier fut plongé dans l’obscurité, et cela dura jusqu’à trois heures de l’après-midi. 34 Vers trois heures, Jésus cria d’une voix forte : Eloï, Eloï, lama sabachthani ? ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? 35 En entendant ces paroles, quelques-uns de ceux qui étaient là disaient : Voilà qu’il appelle Élie ! 36 Un homme courut imbiber une éponge de vinaigre, la piqua au bout d’un roseau et la présenta à Jésus pour qu’il boive, en disant : Laissez-moi faire ! On va bien voir si Élie vient le tirer de là. 37 Mais Jésus poussa un grand cri et expira.


La Croix


Dans l’ancien testament, après la chute, Dieu annonce à plusieurs reprises la venue d’ un libérateur. Nous apprenons qu’il doit donner sa vie en sacrifice pour le salut de l’humanité.

A trois reprises dans l’évangile de Marc Jésus, annonce sa mort à ses disciples, car il savait qu’il venait pour donner sa vie en rançon.

La croix est le symbole du Christianisme, plusieurs la portent autour du cou, mais il convient de rappeler qu’il s’agit d’un objet de torture au moyen duquel, Jésus a été mis à mort. La croix était réservée aux brigands. La crucifixion était une honte, une humiliation pour le condamné et pour sa famille.

Voilà que le moment annoncé par Jésus est sur le point d’ arriver, il va passer de vie à trépas.

Après avoir été jugé, Jésus est déclaré coupable, alors qu’il est irréprochable.

Le verdict tombe : il sera crucifié !

Marc nous rapporte, dans son évangile, le récit narratif de la crucifixion.

Au delà de cette histoire se trouve l'événement spirituel évoqué dans la Bible toute entière : l’aboutissement du plan de Dieu pour sauver les hommes pécheurs.


A la croix, Jésus prend sur lui nos péchés


Dans le jardin d’Éden, l’homme a brisé la relation parfaite instaurée par Dieu. Il refuse d’obéir à son créateur. Il préfère mener sa vie en dehors de la présence de Dieu.

Depuis la rébellion, tous les hommes sont pécheurs et suivent leur propre voir. Et le péché va prendre beaucoup d’ampleur dans notre monde : Caïn tue son frère Abel, puis les hommes, dans leur orgueil, continuent de désobéir à Dieu. Il les disperse sur la surface de la terre. Dieu s’aperçoit que leur cœur, dès leur naissance est tordu et se porte de plus en plus vers le mal.


Marc 7. 21 « Car c’est du dedans, c’est du cœur de l’homme que proviennent les pensées mauvaises, l’immoralité, le vol, le meurtre, les adultères, l’envie, la méchanceté, la tromperie, le vice, la jalousie, le blasphème, l’orgueil, et toutes sortes de comportements insensés. Tout ce mal sort du dedans et rend l’homme impur. »


En mourant sur la croix, Jésus prend sur Lui toutes ces mauvaises choses que nous avions dans notre cœur et dans nos pensées. Alors qu’il n’a jamais commis de péché, il va prendre sur lui tous nos défauts, tous nos vices afin de nous libérer du poids de nos fautes.

Car nous ne pouvions nous débarrasser de nos mauvaises actions, de nos mauvaises pensées, et de toutes ces choses mauvaises qui habitent notre cœur. Nous ne pouvions nous hisser à la hauteur de l’exigence morale du Dieu très Saint.


Vu la gravité du péché, Dieu a envoyé Jésus pour prendre sur lui les transgressions des hommes. Et Jésus accepte de se donner en sacrifice volontairement pour que l’homme soit libéré de l’emprise du péché, à condition qu’il place sa confiance en Jésus.

Pour nous libérer, Jésus a donc souffert à la croix. Alors qu’Il est saint, il sera moqué, insulté, ses vêtements seront tirés au sort, Il sera traité comme un criminel. Il va souffrir de l’abandon du Père.


1 Pierre 3. 18 Christ lui-même a souffert la mort pour les péchés, une fois pour toutes. Lui l’innocent, il est mort pour des coupables, afin de vous conduire à Dieu. Il a été mis à mort dans son corps mais il a été ramené à la vie par l’Esprit.


A la croix, Jésus révèle l’amour suprême de Dieu pour nous


C’est en mourant sur cet objet de torture, la croix, que Jésus le Créateur vient mourir pour ses créatures.

C’est à la Croix que Christ remporte la victoire sur Satan. Son sacrifice efface la colère du Père contre les hommes pécheurs. Par sa vie sans péché, Jésus accomplit la justice. Par son sang versé, il paye la rançon que méritaient nos péchés et Il nous procure un salut éternel.


Jésus est l’envoyé du Père, le serviteur souffrant, l’homme parfait, innocent et pourtant il a été battu, meurtri dans son âme et dans sa chair.

Il accomplit, en toute humilité, par son obéissance et sa mort à la croix, la volonté de son Père.


Mais le comble est qu’il est rejeté par ceux-là-mêmes pour qui il vient mourir.

Et aujourd’hui encore, deux mille ans après, sa mort reste valide, car il a souffert une seule fois pour les péchés.

L’accès au salut reste donc encore ouvert.

La bible nous rappelle qu’aujourd’hui est le jour du salut.


En effet, nous avons encore la possibilité de changer notre comportement et de faire la paix avec Dieu en plaçant notre confiance en Jésus.

Mais la porte de la grâce se refermera un jour. Car Jésus le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs reviendra dans sa gloire afin de juger et de régner.


Donc aujourd’hui encore, l’homme a la possibilité de bénéficier de ce cadeau. C’est cela l’amour formidable de notre Dieu. Il veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité.


Paul s’adresse aux chrétiens d’Éphèse dans sa lettre aux Romains 5. 8 « Mais voici comment Dieu nous montre l’amour qu’il a pour nous : alors que nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. »


La mort de Jésus est la preuve que Dieu nous aime. Il nous tend les bras afin que l’on puisse venir à Lui avant qu’il ne soit trop tard.


- Remercions Dieu pour le don de son Fils,

- glorifions Le pour son amour immense et le don de sa grâce,

- demandons-lui d’ouvrir les yeux de ceux qui ont encore du mal à comprendre la portée de son grand amour.


Joël REMIR


4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout