• Pierre Bolduc

Le repos de travailler pour le Seigneur

(Série de méditations issus de notre semaine de jeûne et de prière 2022, inspirés de méditations proposées par C-Proactif (www.c-proactif.org) )

22 Esclaves, obéissez en tous points à vos maîtres terrestres, et pas seulement quand on vous surveille, comme s’il s’agissait de plaire à des hommes, mais de bon gré, dans la crainte du Seigneur. 23 Quel que soit votre travail, faites-le de tout votre cœur, et cela comme pour le Seigneur et non pour des hommes. 24 Car vous savez que vous recevrez du Seigneur, comme récompense, l’héritage qu’il réserve au peuple de Dieu. Le Maître que vous servez, c’est Christ. 25 Celui qui agit mal recevra, quant à lui, le salaire que méritent ses mauvaises actions, car Dieu ne fait pas de favoritisme

Colossiens 3, 22-25


Dans notre texte aujourd’hui, l’apôtre Paul traite de la question du travail. C’est notre thème pour la semaine.Déjà, un peu plus haut dans le passage, Paul a parlé :

  • De la vie du couple.

  • De la famille.

  • Des enfants.

  • Et ici du travail.

Paul veut nous faire comprendre que l’Evangile englobe tous les aspects de notre vie. Il n’y a pas de domaine où l’Evangile serait exclu.


Travail et repos : Le repos pour travailler pour le Seigneur...


Colossiens 3 nous parle de l’attitude attendue de l’esclave à l’égard de son maître.


Contexte


A l’époque de Paul on nous dit que dans l’empire romains au moins le 1/4 de la population était esclave et parmi ces esclaves il y avait des chrétiens.


Comment l’esclave chrétien est-il appelé à se conduire au travail ?


Puisque l’esclave chrétien est maintenant libre en Christ. Puisqu’il a un nouveau Maître, comment devrait-il se comporter au service de son maître humain ? Devrait-il travailler moins fort ? Garder ses meilleurs efforts pour Jésus ? Après tout, si le maître n’est pas chrétien, est-ce qu’on doit se soucier de lui plaire ? L’important c’est de plaire à Dieu, non ?


Paul enseigne aux chrétiens de Colosses que leur comportement au travail compte. Il en va de la crédibilité de l’Evangile. On ne plaît pas à Dieu que lorsqu’on fait son culte personnel, que lorsqu’on lit la Bible en binôme ou lorsqu’on est est au culte. On plaît à Dieu dans notre façon de vivre en chrétien sur le lieu de travail.


Si on transpose les enseignements de Colossiens 3 à notre situation actuelle, on pourrait se demander quelle attitude Dieu veut qu’on aie envers le patron. Les rapports entre employés et patrons ne sont pas toujours évidents.


Il peut y avoir parfois des patrons qui sont durs. Des patrons qui n’ont pas d’égards pour leurs employés. Il peut y avoir aussi des employés qui se traînent les pieds au travail. Qui font le minimum syndical comme on dit. Des employés qui ne recherchent pas le bien de l’entreprise.


Quelle attitude Dieu veut-il qu’on ait au travail ? Parce que l’Evangile nous a changé, Paul nous présente 4 attitudes qui plaisent à Dieu.


4 attitudes qu’on devrait adopter.


Il veut d’abord que nous fassions notre travail :

  • De bon gré (v.22)

Nous voulons être motivés quand on se lève le matin pour aller bosser. Dur, dur, parfois. On va prier pour ce genre d’attitude. Paul exhorte l’employé chrétien à faire son job :

  • Dans le respect du Seigneur

Nous voulons aborder nos tâches avec le désir de plaire à Jésus. C’est lui qui nous a donné le travail qu’on a. C’est à lui qu’on a à rendre compte quoi qu’on fasse.

En tant que chrétien Paul nous dit aussi qu’on est appelé à travailler :

  • De tout notre cœur

Nous voulons mettre notre cœur dans ce que nous faisons, même si les tâches peuvent être astreignantes et répétitives. C’est un grand défi. Seigneur, donne-moi d’avoir le cœur à l’ouvrage aujourd’hui.

On veut ne jamais oublier finalement qu’on bosse :

  • Pour le Seigneur

Nous voulons avoir en tête que ce n’est pas d’abord pour un patron humain que nous besognons mais pour Jésus.


Comme on lit dans le texte, on pourrait se dire, si on travaille seul. Qui va voir ? Qui va savoir ?


Le premier spectateur de notre travail, c’est Dieu.


Nous voulons lui donner le meilleur de nous-même parce qu’il nous aime et parce que nous l’aimons, parce que nous lui sommes reconnaissants.


Travail et repos : Le repos pour travailler pour le Seigneur...


Pour rejoindre notre thème aujourd’hui, on peut se poser la question : En quoi notre travail pourrait-il être vu comme une source de repos ? On n’a pas l’habitude de concevoir le travail dans ces termes-là. Le travail est souvent pénible. On finit souvent nos journées sur les rotules.


De quelle manière pourrions-nous dire qu’une vision chrétienne du travail, rend le travail moins fatiguant, par exemple ?


Le commentaire de Paul dans sa 1ère lettre aux Corinthiens est très éclairant à ce sujet. Il dit : Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. (1 Corinthiens 15, 10)


Vous voyez comment l’identité nouvelle que nous avons en Christ nous permet d’aborder le travail avec une attitude différente.


Travail et identité


Quand on a connu la grâce de Dieu, on est libre de ce poids écrasant de toujours vouloir prouver quoi que ce soit aux autres par notre travail. Libre de travailler fort et bien parce que notre identité profonde n’est pas dans notre travail mais en Christ.


Travail et repos : Le repos pour travailler pour le Seigneur...

Quel repos que d’être libéré de ce fardeau !


12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout